Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pensées d'un ado

Pensées d'un ado

Les pensées intimes que nous taisons au monde


Mardi 17 juin 2014 ~ Séduction, partie I

Publié par Framboize sur 17 Juin 2014, 18:20pm

Catégories : #Reflexions Intimes

La séduction est-elle un jeu ?

Elle comporte des règles, une attitude à tenir. Cette attitude quelle est-elle ?

Je considère, que je dois être quelqu'un de droit, que mes actes doivent m'apporter la fierté. je veux être fier de mes actes. Les sentiments tel que la jalousie, la haine, la rancune, la tristesse ne me rendent pas fier. Je viens d'hésiter à l'écriture de la tristesse. La tristesse est un sentiment tempétueux qui est la conséquence d’événements et de pensées. Elle est difficile à analyser. Car il est ardue de se détacher d'elle. Il est ardue de prendre mes distances avec mes émotions lorsqu'elles sont empreintes de tristesse. Elle est un sentiment puissant qui comme l'amour tente à étouffer toute tentative d'abstraction.

Je commets l'erreur de vouloir affronter un ennemi dont je ne connais pas le nom. Dont je ne connais pas les caractéristiques. Je sais, je m'égare, mais mes écritures suivent le fil de mes pensées. Elles m'emportent là où mes sentiments me guident. C'est comme si d'une première écriture, je dégrossissais, et identifiais d'une première impressions mes pensées. Je les jauge, les évalue pour revenir à elles plus tard.
Est ce un jeu ? Étant donné qu'il existe des règles. Je pense l'avoir appris à mes dépens. C'est des douleurs que l'on apprend, je crois avoir tiré les conclusions. Pas encore les leçons, mais déjà rédigé quelques constats préliminaires.

Quelles sont ces règles ? Ne pas se dévoiler entièrement. Cette métaphore d'Edouard m'a marquée. "Vois-tu, il faut passer les vitesses en délicatesse. Ne passes pas la 5ème alors que ta demoiselle est encore en première." C'est un jeu subtil. Du "je t'aime, je ne t'aime pas, moi non plus". Je suis parti de l'a priori que cela était futile, puéril. J'ai apporté arguments et réflexions dans ce sens, sans m'interroger. D'une ligne directrice peut être fausse, j'ai payé le prix.

Ce jeu est-il puéril ? Nous sommes jeunes. Nous avons 17 ans, et pour citer Rimbaud "On n'est pas sérieux lorsque l'on a dix-sept ans." J'ai voulu croire le contraire, je le veux toujours, mais je vais mettre cette opinion injustifiée de ce coté. Pour m'interroger, si c'est réellement le cas.

Je crois que nous pouvons tout à fait être des personnes réfléchies, conscientes, ouvertes tout en étant soumis à cette forme d'irresponsabilité. Je crois que ce caractère qui nous est commun, nous n'en sommes pas conscient. Il se joue dans un sphère qui nous échappe et sur laquelle nous ne nous interrogeons pas. Nous en subissons les effets, tout en croyant connaître la vérité infuse. La partie inconscient de nous même nous dirige. Et j'avoue ici froisser sans doute une part d'arrogance, une part d'égo en moi. j'ai considéré qu'à l'aide de mes réflexions passées, des mes leçons tirées, je ne suis plus soumis à cet inconscient. Voici que j'expose un de mes mensonges. Il s'affiche comme étant vrai. Le doute a glissé sur celui ci et il n'a pas était remis en cause. Pour que cette remise en cause se fasse, il a fallu cette expérience. Et de cette expérience, une prise de conscience, insufflées par de nombreux facteurs, donc je suis certain, certains m'échappent.

Je vais m'employer à explorer cette forme d'inconscience. Nous agissons dirigé majoritairement par ce que nous souffle notre état d'esprit et non pas notre raison. C'est une illusion. Parfois c'est peut être le cas, mais dans la vie quotidienne, ce sont nos pensées inavouées qui ont le dessus. Cela s'affiche dans notre tenue. Décontractée, un tension, un geste, un sourire, un regard, une intonation de la voie, ce sont des choses sur lesquelles nous ne prêtons pas attention. Nous sommes inconscient de ce que nous dévoilons. Et je suis convaincu nous sommes aussi inconscient de ce que nous percevons. il existe un message, un dialogue muet, qui se fait à l'intonation de la voie, à la posture. Ceux-ci reflètent notre état d'esprit. Et je ne crois pas qu'ils puissent être manipulés. L'état d'esprit se créé. Par exemple, le rire est spontané. Il est impossible de recréer un rire à l'identique de manière consciente identique à celui ci.

Dans nos gestes inconscients, nous reflétons donc une partie de nous même.

Framboize ~

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents